Mgr Roland encourage les désordres liturgiques

Publié le par Maximilien Bernard

Un film de présentation des prêtres du diocèse de Moulins est visible sur le site dédié Un prêtre m'a dit. Le site précise que ledit film "a été réalisé en étroite collaboration avec Mgr Pascal Roland, évêque de Moulins" et que ce film est en cours de distribution "dans les départements de l'Allier et du Puy de Dôme", où sévit l'évêque du diocèse de Clermont-Ferrand, Mgr Hyppolite Simon.

L'épisode 1 de ce film présente l'abbé Hubert Minet, curé de Chatel de Neuvre. On apprend ainsi qu'il a développé une passion pour les coquetiers (à partir de 6'57). Mais cette passion a pris de telles proportions qu'il a remplacé le calice par un coquetier pour sa messe quotidienne, sur sa table de cuisine (à 7'50) ! (via le FC)

Voici ce que demande le missel romain de 2002 :
  • "Parmi les objets requis pour la célébration de la Messe, on tient spécialement en honneur les vases sacrés et, parmi eux, le calice et la patène dans lesquels le vin et le pain sont offerts, consacrés et consommés.
  • Les vases sacrés sont confectionnés en métal noble. Généralement ils sont dorés à l’intérieur s’ils sont d’un métal susceptible de rouiller, ou moins noble que l’or.
  • Au jugement de la Conférence des Évêques, après reconnaissance des actes par le Siège Apostolique, les vases sacrés peuvent aussi être faits d’autres matières solides et – selon l’appréciation commune de chaque région – nobles, comme l’ébène ou d’autres bois durs, pourvu qu’elles conviennent à l’usage sacré. Dans ce cas, seront préférées les matières qui ne se brisent ni ne s’altèrent facilement. Cela vaut aussi pour tous les vases destinés à recevoir des Hosties, comme la patène, le ciboire, la custode, l’ostensoir, et d’autres de ce genre.
  • Quant aux calices et autres vases destinés à recevoir le Sang du Seigneur, leur coupe sera confectionnée dans une matière qui n’absorbe pas les liquides. Leur pied, cependant, peut être fait d’autres matières solides et dignes.
  • Pour la consécration des hosties, une patène plus grande peut commodément être employée, sur laquelle est déposé le pain tant pour le prêtre et le diacre que pour les servants et les fidèles.
  • En ce qui concerne la forme des vases sacrés, c’est à l’artisan de les confectionner d’une manière appropriée, selon les coutumes de chaque région, pourvu que chacun des vases soit apte à l’usage liturgique auquel il est affecté, et clairement distinguable des vases à l’usage ordinaire.
Et, bien sûr, on ne dit pas la messe dans la cuisine...

Publié dans Culte divin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article