Le terrorisme épiscopal dans l'évêché de Rodez

Publié le par Maximilien Bernard

Mgr Bellino Ghirard évêque de Rodez né le 22/05/1935 fait partie des évêques français qui partent à la retraite. Il est évêque depuis le 25 mars 1990. Les fidèles de son diocèse, qui l'ont supporté pendant 20 ans ne le regretterons visiblement pas.


Lorsque les moines du Barroux cherchaient une abbaye en Aveyron, il a refusé de les accueillir, alors que l'abbaye de Bonnecombe une des plus belles abbaye de France aurait très bien fait l'affaire puisqu'elle était vide ! Ils se sont finalement installés dans le diocèse d'Agen. Certes, ils sont traditionalistes.


Lorsque la Communauté St Jean a demandé à venir, il a refusé. Certes, ce sont des moines attachés à une règle de vie.


Il a refusé d'ordonner l'abbé A., qui a trouvé refuge en Argentine, où un évêque, qui ne crachait pas sur les bonnes volontés, l'a ordonné. L'abbé y fait un travail remarquable dont ne bénéficie pas le diocèse de Rodez. Certes, il porte la soutane.

L'abbé T., avec lequel Mgr Ghirard avait été au séminaire a dû partir dans un diocèse voisin, après avoir été nommé vicaire d'un curé anthipathique...

 

L'abbé C. est pourchassé en permanence par la clique diocésaine. Certes, il célèbre la messe en latin, il porte le col romain et à l'occasion la soutane. Et surtout, il est official.


D'autres prêtres sont en exil à l'extérieur du diocèse (notamment dans le diocèse de Toulon) attendant l'arrivée du nouvel évêque pour éventuellement revenir chez eux.

 

Tout cela pour dire que les catholiques du diocèse de Rodez sont impatients.

Publié dans Diocèses

Commenter cet article