Le parti-pris d'évêques dans le conflit israélo-palestinien

Publié le par Maximilien Bernard

Sur son blogue, Michel Garroté fustige Denis Sureau, le directeur de l'Homme Nouveau, qui reprend sur son blogue un communiqué de plusieurs évêques et associations catholiques, qui ont condamné l'assaut israélien contre le convoi humanitaire vers Gaza. Ces signataires dénoncent «le terrorisme d'Etat d'Israël, Etat voyou». Michel Garroté s'interroge :

 

"est-ce là le point de vue officiel de l’Eglise catholique de France ? Est-ce là le point de vue officiel de l’Eglise universelle, du Vatican et du Saint-Siège ?".

 

Il n'est pas certain en effet que ce soit le point de vue du Saint--Siège. Ni d'ailleurs celui de l'Eglise qui est en France. Ce communiqué est signé de :

 

"Justice et Paix-France, la Mission de France, Pax Christi-France, Chrétiens de la Méditerranée, le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement et le Secours Catholique". Suivent les signatures des prélats :

 

Mgr Michel Dubost Président de Justice et Paix-France

Mgr Yves Patenôtre Evêque de la Mission de France

Mgr Marc Stenger Président de Pax Christi-France

 

Le problème posé par ce genre de communiqué est de plusieurs ordres :

- il enferme l'Eglise dans une position radicale qui n'est certainement pas la sienne. Il désinforme les chrétiens, il laisse entendre que l'Eglise n'a pas de position mesurée et qu'elle réagit comme les médias dominants.

- il prend parti délibérément pour l'un des protagonistes de ce conflit. Il serait souhaitable, pour la justice, que ces mêmes évêques et associations condamnent régulièrement les attentats commis par les musulmans contre Israël. De même qu'il serait souhaitables qu'ils condamnent les atteintes commis par des musulmans contre des chrétiens dans les pays de l'islam. Or on ne les entend guère sur ces sujets. Ce qui fait écrire à Michel Garroté :

 

"Les catholiques français en particulier et les catholiques francophones en général ont ainsi renoué avec l’antisémitisme et avec la judéophobie (« renoué avec », si tant est qu’ils l’aient momentanément suspendu). En calomniant les Américains et les Israéliens, ces catholiques français et francophones ne prennent pas le moindre risque. Car aucun Américain et aucun Israélien ne va pour autant leur lancer une fatwa ou leur trancher la gorge. Je soupçonne ces catholiques-là, catholiques un brin gourous et un brin dhimmis, de calomnier, tels qu’ils calomnient, pour deux raisons.

 

La première raison, c’est qu’en adoptant les thèses conspirationistes, sur des sujets qu’en réalité ils ne maîtrisent pas, ces catholiques un brin gourous se donnent de l’importance. Et ces catholiques un brin gourous font ainsi croire à leurs pauvres ouailles qu’ils savent des choses secrètes. Alors qu’ils ne savent rien, comme tous les gourous qui parlent de tout. En adoptant ces thèses conspirationistes, ces catholiques un brin gourou augmentent leur importance aux yeux de leurs pauvres ouailles. Et ils augmentent donc aussi leur pouvoir sur ces mêmes pauvres ouailles. On appelle cela « dérive sectaire » et ce n’est pas très catholique. Sans oublier que « parler et écrire tout le temps sur tout et sur rien » n’est pas une vocation religieuse au sein de l’Eglise catholique.

 

La deuxième raison, c’est qu’en adoptant les thèses conspirationistes, ces catholiques trop bavards préparent l’Eglise de demain telle qu’ils la conçoivent dans leur subconscient : une Eglise où le blabla remplace le travail et la prière ; une Eglise en dhimmitude face aux colons arrogants qui islamisent l’Occident [...] Et tout cela, au prétexte que finalement, les Juifs étaient et restent coupables, vu qu’Israël est un « Etat voyou » qui pratique le « terrorisme d’Etat »."

Publié dans Communication

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article