L'Aïd-el-Kebir dans le diocèse d'Evry

Publié le par Maximilien Bernard

Lu sur le site du diocèse de Mgr Dubost, celui d'Evry :

"Samedi 28 novembre – Le Service des relations avec l’Islam signale aux catholiques que leurs voisins, collègues, amis musulmans, seraient heureux que vous leur souhaitiez Bonne Fête pour la fête du Sacrifice (l’Aïd-al-Adha).
Ce jour commémore le sacrifice d’Abraham. Une bête est consommée et partagée avec la famille et les plus démunis. Merci pour ce petit geste qui consolide le mieux-vivre ensemble."

C'est tout. Les catholiques qui ne maîtrisent pas le catéchisme penseront que l'Abraham du Coran est identique à l'Abraham de la Bible. Alors qu’il ne s’agit pas du même Abraham, ni du même sacrifice. Pour les musulmans, Abraham est un musulman qui agit en musulman. Il obéit à Allah parce que l’on doit toujours obéir à Allah, même si ce qu’il commande est absurde (comme le soulignait Benoît XVI à Ratisbonne, avec les conséquences que l’on sait). Ainsi va-t-il sacrifier son fils Ismaël, mais au dernier moment Allah lui permet de racheter la vie de son fils en immolant un animal. Dans la Bible il ne s’agit évidemment pas d’Ismaël, le fils maudit, mais d’Isaac, le fils de la promesse. L’épisode ne parle pas d’un commandement aberrant de Dieu, ni de la « soumission » d’Abraham (comme dit le Coran), mais de la foi d’Abraham, de sa totale confiance en Dieu, sa confiance que Dieu n’agit pas de façon arbitraire, mais pour le bien du croyant. Constatant cette foi qu’il a mise à l’épreuve en demandant à Abraham de sacrifier son « fils unique », Dieu sauve Isaac et un bélier le remplacera pour le sacrifice. Le fils demandait à son père : « Où trouverons-nous un agneau pour l’holocauste? » Abraham avait répondu : « Dieu y pourvoira. » Cet épisode ne se comprend que dans une optique chrétienne : le fils unique est le Christ, il se sacrifiera lui-même pour le salut de l’humanité, car il est l’Agneau de Dieu. Et ce sacrifice est unique comme le fils est unique. Il ne sert à rien de répandre le sang des moutons. (source : Daoudal Hebdo n°14)

Publié dans Relativisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article